Vous êtes ici : Accueil » Kiosque » Annonce

Identification

Identifiant: 
Mot de passe : 

Mot de passe oublié ?
Détails d'identification oubliés ?

Annonce

5 janvier 2017

Sujet Post-Doctorat : Suivi à domicile des grossesses à risque dans le cadre du projet Eurostars « SAFEPregnancy@Home »


Catégorie : Post-doctorant


Sujet Post-Doctorat : Suivi à domicile des grossesses à risque dans le cadre du projet Eurostars « SAFEPregnancy@Home »

Encadrement :

Contexte : Le suivi d’une grossesse s’intéresse principalement à deux aspects : i) l’état de santé du fœtus, pour détecter la souffrance fœtale ; ii) le suivi de la contractilité utérine, pour prévenir les accouchements prématurés. Il existe un premier type de grossesses, les grossesses normales, pour lesquelles une surveillance ponctuelle des paramètres maternels et fœtaux lors de visites de routines, suffit pour vérifier que le fœtus se développe correctement et que l’utérus reste quiescent pendant la grossesse. Pour une deuxième catégorie de grossesses, les grossesses à risque, les mères qui présentent un facteur de risque pour le développement du fœtus sont incluses dès le début de la gestation dans une surveillance plus précise (surveillance à domicile, hospitalisation). C’est le cas par exemple pour: l’infection maternelle, qui favorise l’accouchement prématuré et augmente la vulnérabilité du fœtus à une lésion cérébrale; le diabète maternel qui peut impliquer un retard de croissance intra-utérin, une accélération de la croissance ou de légers déficits neurologiques; un historique d’accouchement prématuré; les grossesses à risque liées aux pathologies du placenta, ou aux pathologies fœtales.

Le suivi à domicile des grossesses à risque s’intègre dans le cadre de la plateforme intégrative d’intelligence ambiante, mise en place grâce à la chaire EBiomed (Outils biomédicaux connectés) de l’UTC, créée dans le cadre de l’Institut Universitaire de l’Ingénierie pour la Santé (IUIS) de Sorbonne Universités.

 

Sujet

Le projet Eurostars, porté par la société TMSi (http://www.tmsi.com/), propose de développer un système de surveillance portable, à domicile, qui permettrait de suivre en continu la contractilité utérine, et de caractériser le risque de menace d’accouchement prématuré. La contractilité utérine sera caractérisée au moyen de l’électromyogramme utérin (électrohystérogramme, EHG). L’équipe de l’UTC a une longue pratique du traitement et de la modélisation de ce signal, dans une optique de monitorage obstétrical, ainsi qu’un historique de collaboration avec la société TMSi et avec les partenaires impliqués dans le projet SAFEPregnancy@Home (CHU Amiens, Technological University of Eindhoven-TU/e). Le but de ce projet est donc d’intégrer les connaissances acquises grâces aux travaux précédents, dans un système de diagnostic des menaces d’accouchement prématuré, avec recueil des signaux au domicile de la patiente.

Ce projet post-doctoral, va se focaliser sur le suivi à domicile de la contractilité utérine. En effet, jusqu’à présent, tous les travaux ont porté sur le recueil d’EHG sur des femmes assises ou allongées, en milieu clinique, sans possibilité de déplacement. A notre connaissance, aucune étude n’a analysé l’influence de la mobilité de la femme sur les caractéristiques du signal EHG. La première étape de ce projet consiste donc en la faisabilité d’analyser les EHG recueillis en ambulatoire, pour en extraire les informations pertinentes afin de caractériser la contractilité utérine. Nous utiliserons dans ce but, l’appareillage ambulatoire développé par la Société TMSi lors d’un projet européen précédent (http://www.erasysbio.net/index.php?index=268) pour l’enregistrement multivoie d’EHG. Ce système, appelé Mobita (http://www.tmsi.com/products/systems/item/mobita), a été développé pour le recueil de 32 voies d’EHG, avec une résolution de 24 bits. Les données sont enregistrées dans un flash disk (jusqu’à 16 GB). La communication avec l’ordinateur de traitement se fait par wifi (distance >10m en intérieur). Les batteries rechargeables permettent un enregistrement continu pendant 16h. Le Mobita inclut aussi un accéléromètre qui fournit des informations sur la position et le mouvement. Les caractéristiques de ce système, ainsi que les électrodes de recueil, seront amenés à évoluer au cours du projet, en fonction des besoins spécifiques mis en évidences lors des expérimentations.

Nous enregistrerons donc les signaux EHG, sur des femmes enceintes volontaires, lors de mouvements répertoriés susceptibles d’avoir une influence sur la qualité des EHG recueillis : s’asseoir, se lever, marcher, se pencher... Nous enregistrerons simultanément l’activité de la femme par différents moyens (relevés manuels lors de chaque session d’enregistrement, analyse du signal accélérométrique, tracker d’activité du commerce, possibilité d’accéder à la Plateforme d’Analyse de Mouvement de l’UTC). Le travail portera sur l’analyse des artefacts qui bruitent les signaux EHG lors de ces différents mouvements. Ensuite nous nous intéresserons au débruitage des EHG en fonction des caractéristiques des bruits générés par ces artéfacts, puis à la segmentation des bouffées d’EHG reliées aux contractions (et aux éventuels mouvements du fœtus), mais aussi à leur comparaison avec des signaux recueillis dans une position de référence (femme assise ou allongée). Un certain nombre d’algorithmes existent déjà dans notre laboratoire pour le débruitage, la segmentation et la caractérisation de l’EHG. Il faudra les adapter au contexte de l’enregistrement ambulatoire.

Il s’agira ensuite d’extraire, sur les signaux débruités et segmentés, les paramètres les plus représentatifs de l’activité contractile utérine. Une étude préalablement réalisée dans notre laboratoire, a permis de sélectionner, parmi tous les paramètres caractéristiques de l’EHG étudiés dans la bibliographie, ceux qui étaient les plus porteurs d’informations concernant l’efficacité des contractions (différence entre des contractions de grossesse et des contractions d’accouchement). Ces paramètres seront ensuite intégrés dans un système de décision afin de caractériser/prédire le risque d’un accouchement prématuré, pour un enregistrement d’EHG à un terme donné.

Le stage post-doctoral impliquera des déplacements au CHU Amiens et la participation aux différents réunions du projet Safepregnancy@home.

Compétences requises

Documents pour la candidature

Pour candidater envoyer à catherine.marque@utc.fr et mircea-dan.istrate@utc.fr les documents suivants :

Date limite de candidature : 30 avril 2017

Durée : 18 mois

Date de début du stage désirée : Juin 2017

Laboratoire d’accueil

UMR CNRS 7338, Biomécanique et Bio-ingénierie (BMBI, www.utc.fr/bmbi)

Université de Technologie de Compiègne (UTC) - Centre de recherche de Royallieu

BP 20529 Rue Personne de Roberval - 60205 Compiègne cedex –France

Directrice du laboratoire : Marie Christine Ho Ba Tho

 

Dans cette rubrique

(c) GdR 720 ISIS - CNRS - 2011-2015.