Vous êtes ici : Accueil » Kiosque » Annonce

Identification

Identifiant: 
Mot de passe : 

Mot de passe oublié ?
Détails d'identification oubliés ?

Annonce

23 octobre 2018

Poste d’ingénieur de recherche : « Modélisation Géométrique des Satellites Espions Corona pour les Sciences de la Terre »


Catégorie : Autres


Poste d’ingénieur de recherche : « Modélisation Géométrique des Satellites Espions Corona pour les Sciences de la Terre ».

 

1-Contexte et objectifs

A la suite de la multiplication des satellites d’observation et des progrès en appariement d’image (Ref COSICOR, Ref NOUS) , le calcul de déformations à partir d’imagerie aérienne ou spatiale est devenu un outil d’usage courant pour quantifier les mouvements de la surface terrestre consécutifs à diverses catastrophes (séismes, glissements de terrain, etc.). L’IPGP, l’IGN et le CNES collaborent depuis 6 ans, dans le cadre du programme TOSCA, sur l’utilisation de la photogrammétrie en sciences de la Terre. Dans le cadre de cette collaboration, la chaîne photogrammétrique libre open-source MicMac a pu être adaptée au contexte des images satellitesmodernes et est capable aujourd’hui de calculer des MNT et des cartes de déplacement permettant d’analyser les déformationsde la croûte terrestre.

Pour la compréhension de ces événements sur les temps longs, remontant avant l’ère des satellites modernes, les images analogiques anciennes sont une source d’information précieuse. C’est particulièrement le cas des images de la constellation CORONA : ces satellites lancés par les USA lors de la guerre froide ont assuré un couverture régulière de la surface terrestre de 1959 à 1972 ; ces images sont déclassifiées depuis 1995, elles sont en cours de numérisation et accessibles gratuitement.

Dans le cadre du programme TOSCA pour l’analyse de séismes anciens, les partenaires souhaitent pouvoir calculer des déformations entre les images CORONA et les images satellites récentes.

2Programme de travail

L’utilisation des images CORONA en photogrammétrie pose des difficultés particulières, car d’une part le modèle de capteur est spécifique et d’autre part les satellites de cette époque n’avaient pas d’instrumentation permettant de calculerla géolocalisation. Or pour utiliser des images en photogrammétrie il faut connaître de matière précise la géométrie de chaque image (= fonction de projection des coordonnées terrestres vers les coordonnées images). Le travail pourra se décomposer en trois étapes principales :

Tous les développements seront intégrés au sein de la bibliothèque libre open-source MicMac.

3-Profil du/de la candidat-e

Le profil recherché :

4-Localisation et contact

Le travailhabituelseraréparti sur l’IGN Saint-Mandéet l'institut de physique du globe de Paris. Contacts :

5-Conditions

Dans cette rubrique

(c) GdR 720 ISIS - CNRS - 2011-2018.