Annonce

Les commentaires sont clos.

TRAitements Avancés en Télédétection RAdar : études et prise en compte des phénomènes Micro-Doppler

6 December 2021


Catégorie : Post-doctorant


Titre :
TRAitements Avancés en Télédétection RAdar : études et prise en compte des phénomènes Micro-Doppler
 
Lieu : ENSTA Bretagne, 2 Rue François Verny, 29806 Brest Cedex 09.
Laboratoire d’accueil : Lab-STICC – UMR CNRS 6285

Contexte
Cette étude s’insère dans le cadre de la caractérisation et la description fine d’une cible mobile pour des applications de détection, localisation et le suivi de petites cibles.
Plus précisément, il s’agit de développer des méthodes en modélisation électromagnétique et en traitement du signal permettant d’exploiter plus finement les structures locales’ produites par l’effet micro-Doppler généré par des objets mobiles déformables (comme le fait, par exemple, les pales d’un hélicoptère produisent des ‘flashs’ très localisés en temps et en fréquence).
 
Mots clés
Propagation des ondes EM, environnement, cibles fluctuantes, micro-doppler, signatures EM, méthodes asymptotiques, méthodes exactes, méthodes empiriques, drones, méthodes temps-fréquence, détection, suivi, identification.

Compétences attendues

Ce poste est ouvert aux titulaires d’un diplôme d’ingénieur ou d’une thèse de doctorat dans l’un des domaines indiqués dans les objectifs, et en particulier les compétences ci-dessous seront appréciées :

  • Propagation et interactions des ondes électromagnétiques avec l’environnement et/ou avec des objets : génération de signaux types
  • Traitement du signal et des images
  • Calcul et simulation scientifique
  • Facilités en programmation informatique : Python, Matlab, …

Des connaissances dans le domaine de traitement de données, du Machine Learning et de la télédétection radar seraient un plus.

Date de début : janvier 2022
Durée du contrat : 3 ans
Salaire : entre 1820 € et 2008 € net mensuel selon expérience

 

Titre :
TRAitements Avancés en Télédétection RAdar : études et prise en compte des phénomènes Micro-Doppler (TRATRA)

Lieu : ENSTA Bretagne, 2 Rue François Verny, 29806 Brest Cedex 09.
Laboratoire d’accueil : Lab-STICC – UMR CNRS 6285

L'ENSTA Bretagne rassemble sur son campus brestois une école d’ingénieurs et un centre de recherche pluridisciplinaires, soit 910 étudiants en cycle ingénieur, formation d'ingénieur par apprentissage, master, mastère spécialisé ou thèse.

Cet établissement public forme des ingénieurs généralistes, capables d'assurer, dans un environnement international, la conception et la réalisation de systèmes de haute technologie pour tous les secteurs de l’industrie : naval, aérospatiale, automobile, télécommunications, énergie, défense… Les domaines de spécialisation proposés sont larges couvrant ainsi les sciences marines (architecture navale, énergies marines renouvelables, hydrographie, systèmes d’observation et robotique autonome) et des défis technologiques pluridisciplinaires (modélisation mécanique, architecture véhicule, pyrotechnie, systèmes numériques et sécurité, management de projets industriels). Les travaux de recherche, menés le plus souvent en fort partenariat industriel, sont conduits au sein de laboratoires multi-établissements : en technologies de l’information et de la communication (Lab-STICC, UMR CNRS 6285), en sciences mécaniques (IRDL, UMR CNRS 6027), en sciences humaines et sociales (CRF, EA 1410).

Localisation du poste
Le poste est localisé à l’ENSTA Bretagne au sein du département STIC. Celui-ci compte une centaine de personnes dont une quarantaine de permanents. Les thématiques d’enseignements se retrouvent principalement dans les spécialités des systèmes d’observation (acoustique, électromagnétique, …), hydrographie, la robotique, l’intelligence artificielle, la modélisation logicielle et la sécurité des systèmes (cyberdéfense). Les enseignants-chercheurs du département sont, pour la grande majorité, membres du Lab-STICC (Laboratoire des Sciences et Techniques de l’Information, de la Communication et de la Connaissance, UMR CNRS 6285) dont l’ENSTA Bretagne est tutelle. Le laboratoire structure la recherche « des capteurs à la connaissance » en Bretagne océane et regroupe plus de 500 personnes dont 220 chercheurs du CNRS ou des établissements ENIB, ENSTA Bretagne, IMT Atlantique, UBO et UBS.
 
Contexte
Cette étude s’insère dans le cadre de la caractérisation et la description fine d’une cible mobile pour des applications de détection, localisation et le suivi de petites cibles.

Plus précisément, il s’agit de développer des méthodes en modélisation électromagnétique et en traitement du signal permettant d’exploiter plus finement les structures locales’ produites par l’effet micro-Doppler généré par des objets mobiles déformables (comme le fait, par exemple, les pales d’un hélicoptère produisent des ‘flashs’ très localisés en temps et en fréquence).

Dans un premier temps, il s’agit d’étudier dans quelles mesures les nouveaux et nombreux concepts scientifiques peuvent être exploités pour modéliser et analyser finement l’effet micro-Doppler généré par des objets mobiles déformables (pouvant être de petites tailles) afin d’estimer, par exemple, le nombre de pales, la vitesse de rotation des pales ...

Afin de bien maitriser les différents phénomènes de propagations et d’interaction électromagnétique, il s’agit de proposer une description fine du signal radar (dans un premier temps on se place dans le cas d’un système monostatique).

Dans un deuxième temps, il s’agit d’exploiter cette signature micro-Doppler dans le cadre de problèmes en lien avec la télédétection Radar dans le domaine essentiellement maritime. En effet, des problématiques liées à la reconnaissance des cibles mobiles déformables non-coopératives (détection, localisation, suivie, identification…) constituent des terrains d’investigations réalistes permettant ainsi d’évaluer les avantages acquis par ce type d’approches.

Mots clés
Propagation des ondes EM, environnement, cibles fluctuantes, micro-doppler, signatures EM, méthodes asymptotiques, méthodes exactes, méthodes empiriques, drones, méthodes temps-fréquence, détection, suivi, identification.

Compétences attendues

Ce poste est ouvert aux titulaires d’un diplôme d’ingénieur ou d’une thèse de doctorat dans l’un des domaines indiqués dans les objectifs, et en particulier les compétences ci-dessous seront appréciées :

  • Propagation et interactions des ondes électromagnétiques avec l’environnement et/ou avec des objets : génération de signaux types
  • Traitement du signal et des images
  • Calcul et simulation scientifique
  • Facilités en programmation informatique : Python, Matlab, …

Des connaissances dans le domaine de traitement de données, du Machine Learning et de la télédétection radar seraient un plus.

Date de début : janvier 2022
Durée du contrat : 3 ans
Salaire : entre 1820 € et 2008 € net mensuel selon expérience

Candidature
Envoyer un CV et une lettre de motivation à :